Je trouve géniale l’initiative de ChainSign, une société crypto-active qui dispose d’une capital sociale en crypto. Il fallait oser malgré les réticences de nombreux acteurs économiques.

Le but de la société française ChainSign

ChainSign œuvre dans la conception et la promotion des technologies blockchain. Elle agit également dans la mise en place des utilisations pratiques au service des entreprises et des particuliers.

Cette opération doit nécessairement s’appuyer sur la maîtrise d’un environnement juridique évolutif. De plus, il convient de disposer de l’expérimentation de la connaissance économique et sociale des sujets à traiter.

ChainSign met également un point d’honneur à relever les challenges et à bousculer les codes qui font souvent obstacle au développement. Retrouvez les défis de l’entreprise en vous rendant ici.

Les nombreux obstacles pour ChainSign

Pour ChainSign, les démarches administratives relèvent du parcours du combattant. Le côté descriptif de la firme fait partie des problèmes rencontrés.

En général, dénicher un organisme financier pour la gestion d’un compte de société qui fait appel à la crypto-monnaie est compliquée. Avec la future Loi Pacte, on s’attend à trouver des solutions plus fiables.

Avec ChainSign, le Crédit Coopératif a accepté de jouer le jeu en ouvrant un compte société pour la jeune pousse. La Banque a accepté malgré le capital social partiel de ChainSign en crypto ainsi que la conduite prochaine d’une levée de fonds via une ICO ou Initial Coin Offering.

Les autres freins selon ChainSign

Au cours d’un entretien téléphonique avec le Greffe du Tribunal de Commerce, le dialogue n’a pu être possible. En effet, l’interlocuteur ignore totalement l’existence de la technologie blockchain.

En effet, il est nécessaire de valider les statuts de la start-up avec une part du capital social en crypto-monnaie. Face à l’incompréhension, la jeune pousse a recours à un cabinet d’avocat.

Le frein est devenu encore plus accentué. En réalité, la majorité des cabinets d’avocats ont déconseillé cette démarche, même les spécialistes de la crypto-monnaie.

La conclusion de ChainSign sur le sujet

Selon la jeune pousse, les institutions et les acteurs économiques sont encore frileux face à la technologie blockchain et à l’industrie crypto. Ainsi, la start-up a choisi une crypto-monnaie fiable avec stablecoin, qui est indexé à l’euro.

Ainsi, les acteurs et les clients peuvent connaître l’origine et les possesseurs des crypto-fonds, afin de vérifier leur transfert sur un compte, de type adresse publique Ethereum. ChainSign est une firme à taille humaine qui souhaite révolutionner la crypto-industrie face au système classique.

Retrouvez les démarches de la start-up en cliquant sur ce lien.

 

Crédit Photo : twitter.com & chainsign.org

Je suis tombé dans l’univers des cryptos un peu par hasard, un copain à moi faisait du minage de Bitcoin et autres. Je me suis vite interessé à cet univers qui me fascinait un peu j’avoue. Aujourd’hui je fouine, j’essaie de tout comprendre et de vous livrer mes analyses « éclairées » 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *