Après une belle évolution concernant la traçabilité des produits alimentaires, IBM fait de nouveau appel à la technologie blockchain pour une meilleure sécurisation de denrées importées. Je vous invite à en savoir plus sur cette initiative.

Une avancée pour la transparence alimentaire

Très dynamique sur le marché de l’agroalimentaire, IBM œuvre pour la fabrication d’une POC ou Proof of Concept. Le but est d’améliorer le dispositif de suivi de l’approvisionnement en viande, en volaille, en œufs.

Cela permet de certifier ces produits qui sont importés de l’étranger pour une conformité aux normes de sécurité. Cette solution est disponible pour le FSIS ou Food Safety and Inspection Service.

Cet organisme est une branche du Ministère Américain de l’agriculture. Sa mission est de certifier les dits produits alimentaires.

Pour plus d’infos sur le sujet, consultez ce sujet.

Une démarche contre les denrées avariées

Cette agence de sécurité alimentaire a lancé de nombreuses alertes relatives à des produits alimentaires soupçonneux. Il s’agissait de denrées contaminés, compromis ou de mauvaise qualité.

En janvier 2020, l’organisme a relevé des boulettes de viande en provenance de Suède. Ces dernières ne correspondaient aux normes en matière d’hygiène alimentaire aux Etats-Unis.

L’alerte publique lancée par le FSIS concerne la société Carso’s Pasta Company. Il s’agit d’une entreprise de Lynnwood de Washington.

La firme a commercialisé 635 livres de boulettes de viande suédoises en mode RTE ou prêtes à consommer. Ces boulettes étaient de très mauvaise qualité. L’année 2018, la FSIS a comptabilisé 97 violations de classe I.

Cette classe porte sur les aliments potentiellement néfastes pour la santé des consommateurs américains. En fait, les rappels de classe I ont connu une forte augmentation de 83 % entre 2013 et 2017.

Les options proposées par la technologie blockchain

La technologie blockchain autorise l’enregistrement des flux d’information liés à une chaîne logistique et aux termes des contrats conclus avec les pays exportateurs. L’idée n’est pas nouvelle.

En 2017, IBM a permis une meilleure transparence. Plusieurs groupes alimentaires et organes de distribution ont accepté de jouer le jeu avec IBM.

Il faut retenir Dole, Nestlé, Unilever. Il ne faut pas omettre Wal-Mart et Kroger.  Ces entités ont développé un partenariat blockchain au niveau du secteur alimentaire.

Une autre opportunité de la blockchain

La solution blockchain propose un gain de temps appréciable. La collecte d’informations est réduite à 60 minutes contre 7 jours auparavant.

Cette traçabilité rapide assure la limitation de la diffusion des pathologies. Plus de sujets sur ce propos sont accessibles ici.

Crédit Photo : thecointribune.com & e-marketing.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.