Malgré une annonce fracassante pour rompre avec les desiderata des autorités financières, le projet Libra change radicalement  de cap. Je vous propose plus de détails sur ce récent revirement.

Une stratégie différente pour Libra

Face aux pressions des autorités financières et politiques, le projet Libra de Facebook va connaître plusieurs réajustements. Ainsi, Libra a fait une demande à l’autorité financière suisse dans le but d’obtenir une licence de système de paiement.

Libra va devoir se conformer aux exigences des régulateurs. La crypto-monnaie de Facebook ambitionne de faire sa sortie officielle d’ici la fin 2020.

Les monnaies virtuelles en lice

En fait, le crypto-projet va connaître plusieurs stablecoins avec pour référence une devise nationale unique. Les 4 versions du stablecoin prévoient l’avènement du Libra USD adossé au dollar, du LibraEUR, du Libra GBP et du Libra SGD.

Les conformités aux demandes des autorités réglementaires

A la base, Libra voulait s’atteler à un stablecoin exclusivement adossé à un panier de devises. Cette option a connu de nombreuses réserves auprès des régulations planétaires.

En effet, une monnaie dite indépendante peut porter atteinte à la souveraineté des devises nationales en circulation. Dans la nouvelle formule, un Libra EUR adossé à une réserve en euros ne génère pas de création monétaire tant redouté.

Les autres points revus par Libra de Facebook

Hormis l’amélioration apportée au niveau de la sécurité du système de paiement, Libra va mettre en attente le projet de Blockchain décentralisé. A la place, un réseau fermé sera mis en place sous le contrôle d’un organe central.

Selon David Marcus, il est envisageable de mettre en action les propriétés économiques essentielles d’un système sans autorisation. Il faut compter sur un marché ouvert, à la fois transparent et concurrentiel.

En parallèle, il faut inclure une due diligence à la hauteur. Cela porte sur des membres et des validateurs propres à un système doté d’une autorisation.

L’utilisation effective de Libra

Pour l’usage de Libra, une application spécifique va autoriser l’achat de libras. Il s’agit de jetons représentant une somme d’argent donné.

Les dépenses sont possibles au quotidien, sur le web ainsi qu’auprès des applications de Facebook. Le projet de départ a provoqué des réactions négatives.

La crainte était axée sur l’interférence avec les politiques monétaires. La proposition précédente comptait sur des devises compris dans un panier de monnaie comme l’euro ou le dollar.

Désormais, Libra va se mettre en conformité après le lâcher prise de Visa, Mastercard ou Paypal.

Crédit Photo : unionstreet.fr & meilleursbrokers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.